Le Maboké de poisson ou Papillote à la congolaise

Le poisson est un aliment de choix pour la santé, car il est une bonne source de protéines, de vitamines et minéraux, et d’oméga 3. Grace à ces protéines, les congolais concoctent des petits plats à partir du poisson tels est le cas des papillotes de poissons connues sous le nom de « Maboké ».

Les « Maboké » ou le « liboké »

Ce plat qui remue nos papilles possède d’incroyables vertus sur notre santé. Elles  sont d’excellentes qualités nutritionnelles, digestes et rassasiantes ; 100 g de poisson contient environ 16 à 24 g de protéines. Un Liboké, au pluriel maboke, est un plat et un mode de préparation de la nourriture dans le bassin du Fleuve du Congo notamment en  République démocratique du Congo et en République du Congo. Il s’agit d’une préparation mise en papillote faite de feuilles de bananier, et mise à la cuisson soit en un four, soit directement sur une grille mise au-dessus d’un foyer. La préparation la plus populaire est le Liboke de poisson, (généralement du capitaine, anguilles, silures)  mis en cuisson avec des oignons.

Les Ingrédients du Maboké:

plat de maboké

  • 1 poisson d’eau douce
  • 1 gros oignon
  • Une gousse d’aille
  • 50 g de gingembre
  • Une pincé de basilic
  • 2 cuillerées d’huile d’arachide
  • 2 pincées de sel
  • 1 piment rouge entier
  • Emballage : 5 grosses feuilles de bananier et une ficelle

Préparation du « Maboké »

Avant de cuire les aliments, il faut nettoyer le poisson et le mettre en morceau. Dans un récipient en céramique ou en plastique faire mariner le poisson coupé en darne avec les assaisonnements comme une gousse d’ail, 1 oignons, une pincée de basilique, une cuillerée d’huile d’arachide, 2 pincées de sel, 1 piment rouge entier. Ensuite mettre le poisson mariné dans une feuille de banane attachées à une ficelle et faire cuire sur un barbecue ou sur de la braise de charbon.

Apres 30 à 45 minutes  de cuissons, le plat peut être servis avec du Foufou, du manioc ou de la banane plantain.

Quelques vertus de ce beau plat

Les oméga-3 contenus dans le poisson  participent à la diminution du mauvais cholestérol (LDL), à la constitution des membranes cellulaires de tout notre corps et notamment du cerveau. Ils participent également à la synthèse des hormones stéroïdiennes et ils réduisent l’inflammation. En plus,  Il est recommandé de consommer au moins 2 fois par semaine des poissons gras pour obtenir un apport suffisant en oméga 3 d’origine animale et profiter de ses incroyables vertus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.