Austérité ou Inflation ? Le coût de la vie en hausse dans les ménages Congolais

Il est de notoriété publique que depuis des années le Congo Brazzaville traverse une crise sans précédent. Difficile de dire si la crise est économique, financière ou sociale. Peut être même tout ça à la fois ; tant les avis des experts congolais sont partagés. Quatre mois après l’accord du FMI, la quiétude n’a toujours pas regagné les ménages. Nombreux en leurs mots se demandent si nous sommes en inflation ou en austérité.  Pourtant l’augmentation croissante du coût de la vie ces deux dernières années est un fait. Une seule phrase que nous retenons tous en réponse quand une question est posée dans ce sens aux opérateurs économiques « application de la loi de finance 201x ».

 

Une chose est certaine, la crise actuelle laisse des traces qui certainement seront indélébiles dans l’histoire du pays et dans la vie des congolais. Loin de nous la volonté de critiquer qui que ce soit ou de rendre qui que ce soit responsable ou pas de ce qu’il a fait ou n’a pas fait. La vérité est que le quotidien des congolais est de plus en plus insoutenable. Cette hausse injustifiée des prix des aliments essentiels n’arrange rien. Si un micro trottoir devrait passer dans les marché populaires, on ne saura pas où donner de la tête.

 

Les effets de la crise au Congo sur le coût de la vie :

Il était devenu établit et acquit par tous que le paiement en retard des salaires des fonctionnaires; qui intervient depuis trois ans maintenant à mois + 5 ou mois +15, était un effet de la crise. Personne n’imaginait que nous mettrons tous la main à la poche alors qu’elle a été trouée.

Sans que le pouvoir d’achat, donc les différents revenus ; aie augmenté, les aliments et services de base du quotidien d’un congolais subissent de façon progressive une augmentation qui ne reçoit pour justification que la phrase « application de la loi de finance 201x ».

 

Le rétablissement de la Patente sur les transports en commun :

Tout commence quand le gouvernement décide, il y a plus d’une année de rétablir la patente, une vielle taxe, sur les transports en commun. Les opérateurs de ce secteur se plaignent mais s’alignent. Les taxis, transport censé être privé imposent en réponse les doubles courses comme solution et aux embouteillages interminables et à l’actualisation de cette taxe.

 

Nouvelle tarification sur les télécommunications:

Quelques mois après, les opérateurs de téléphonie mobile, fixe et internet ; nous impose une augmentation de presque 10% et plus des tarifs. A cette époque, le directeur toujours en exercice de l’ARPCE, fait le tour des grandes villes pour rencontrer les principaux acteurs/consommateurs. Le discours est centré sur une seule phrase « application de la loi de finance 201x » à laquelle il ajoute que cette augmentation est une nécessité à la survie de ces opérateurs.

 

 Nouvelle tarification de la télévision

La télévision elle a subit une augmentation nette de 10% sur tous les forfaits d’abonnement. Là aussi les agents de Canal Plus sont restés fidèle au discours ; mais cette fois ci en donnant une information significative.  « Ce n’est pas nous » c’est en « application de la loi de finance 201x ». Comme pour dire que cette augmentation ne leur ait nullement utile.

 

Nouvelle tarification des aliments du quotidien des congolais

Le panier de la ménagère, la dernière augmentation en date avant la publication de cet article. Des aliments que les femmes congolaises achètent tous les jours, pour la consommation des ménages :

  • Carton de Cuisse: de 7000 FCFA il passe à 11 500 FCFA ; ce qui implique qu’en boucherie le kilo vendu entre 800 et 900 FCFA avant passe à 1400 FCFA ;
  • Carton de Côtes : de 9000FCFA, il passe 13000 FCFA ; ce qui implique que le kilo de 1400FCFA passe à 1800FCFA ;
  • Carton de Poulet : initialement à 11 000 FCFA, il passe à 13 000 FCFA ; le kilo passe de 1300 à 1500 FCFA ;
  • Carton du Poisson Salé : lui il fait un double bon pour devenir un produit de luxe. D’abord à 22000, il passe à 33 000 pour désormais s’établir à 44 000 FCFA ; son kilo oscille désormais à 4500FCFA en lieu et place de 2500 ou 3300FCFA ;
  • Bidon d’huile de 25L : Il passe de 13250 à 16000 FCFA.

Rien qu’à voir ces quelques tarifs, on sait désormais que pour 2500FCFA de marché, le congolais ne pourra manger que le fameux plat « Coco Bouillon et dongo dongo ».

 

Le but hypothétique de toutes ces augmentations  de prix dû à l’imposition

Une seule expression pourrait hypothétiquement expliquer tous ces tarifs à la hausse « augmentation de recette fiscale ». Oui il est clair et établit désormais que toutes ces augmentations de prix et de tarifs visent à équilibrer le budget via les recettes de l’état à cause du faible rendement actuel du pétrole congolais.

N’étant pas « expert », nous ne pouvons pas dire s’il n’était pas vraiment possible de plutôt tout faire pour équilibrer le budget via les dépenses ou via l’élargissement de l’assiette fiscale. Il est de notoriété publique que le Congo dépensent énormément et souvent là où on est forcément pas obligé.

 

En conclusion, les journées au Congo pour les congolais sont devenues de plus en plus longues et la chaleur de ces derniers jours n’arrange rien.  Les ménages, les foyers, les vies sont exposées à presque tout vue comment le quotidien est de moins en moins vivable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.