Commerce : Sans peser les produits les prix sont cependant affichés dans les marchés de Brazzaville

Le ministère congolais du commerce avait depuis quelques années pris des mesures sur l’usage des prix des produits et des balances. Depuis cela, la réalité semble contraire dans les marchés de Brazzaville.

 

Le ministère du commerce avait pris l’initiative sur l’usage des étiquettes fixant le prix des produits alimentaires et des balances. Les balances devaient servir à une fixation réelle de tous les produits vendus dans les marchés de la capitale congolaise. Cette mesure n’est malheureusement pas respectée par les commerçants. Le marquage des prix sur les étiquettes sont visible, mais la présence des balances reste un mythe. La présence de la balance n’est pas recommandée par les clients, ce qui donne de la force aux clients.

Dans la majorité des pays plus majeurs que le nôtre, la balance fait partie des outils du commerçant dans tous les marchés. Ainsi, les clients payent selon la quantité et le poids du produit qu’il veut acheter. Cela conduit à un échange gagnant qui fait naitre la satisfaction et la fidélisation.  Cette mesure du ministère du commerce avait pour objectif l’évaluation du poids des produits afin de fixer des prix conformes.

 

Bien que la mise des étiquettes devant chaque denrée alimentaire dans le marché soit presque affective, mais la balance n’est pas visible. Ce qui se comprend donc que le commerçant marque son prix selon son inspiration. Devant les tables, la ciboule, le poisson salé, la tomate et autres aliments, les plus sont marqués et pas besoin de demander. Tous ces aliments sont vendus sans être mesuré sur une balance comme l’est le cas dans les grands supermarchés ou encore dans les pays plus matures.

Dans les marchés de Brazzaville, rare sont ceux qui appliquent les mesures prises par le ministère du commerce. Seuls les vendeurs de viande de bœuf ou de brousse, choux et de pomme de terre semblent respecter cette loi. Ses derniers se servent des balances pour fixer le prix des denrées alimentaires qu’ils vendent. Le non-respect de la réglementation sur l’homologation des prix des marchandises est ce qui anime de plus les commerçants congolais.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.