Que retenir de la première journée du marché financier de la CEMAC

Le 03 mars était pour zone franc XAF la journée du marché financier de la communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale.  Elle a été lancé par Madame le Ministre Congolais du plan, madame Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas, assurant l’intérim du Ministre Calixte GANONGO, ministre des finances et du budget s’est tenue à Brazzaville, plus précisément à Kintélé la journée de la Bourse de la Valeur Mobilière de l’Afrique Centrale (BVMAC). Elle a permis aux participants de dégager 13  recommandations pour redynamiser la BVMAC.

 

13 recommandations de la Journée du Marché Financier CEMAC 2020 : 

Sous le thème central « Enjeux et défis du marché financier régional unifié de l’Afrique centrale », voici les 13 recommandations :

1- Les Etats doivent communiquer, dans les meilleurs délais, une liste des entreprises publiques et parapubliques à faire admettre à la cote de la BVMAC ;

2- Les pays de la CEMAC doivent intervenir, de manière accrue, sur le marché financier, pour le financement des projets à fort potentiel de croissance ;

3- Les structures centrales du marché doivent communiquer et vulgariser les opportunités du recours au marché financier ;

4- Les Etats et les structures centrales du marché doivent promouvoir une culture financière et boursière au moyen d’actions pédagogiques ;

5- Les régulateurs doivent mettre en place des dispositifs de surveillance de la qualité de la certification effectuée par les Commissaires aux comptes ;

6- La Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) doit élaborer une courbe de taux permettant aux acteurs d’améliorer leur pricing ;

7- Les Etats doivent décliner, en règlementation nationale, les règlements communautaires relatifs à l’introduction en bourse des entreprises d’un certain niveau de capitalisation ;

8- Les Etats de la CEMAC doivent émettre un emprunt obligataire CEMAC qui serait plus global que ceux émis par les Etats pris individuellement ;

9- La BEAC, la COSUMAF et la COBAC doivent, chacune en ce qui la concerne, faire évoluer la règlementation pour la prise en compte des émissions de type Sukuk, notamment pour les investisseurs et les fonds communs de titrisation d’actifs ;

10- Les structures du marché financier doivent s’approprier les principes de la finance islamique ;

11- Les banques et les acteurs du marché financier doivent travailler en synergie et promouvoir leur complémentarité, notamment par l’affichage des prix des valeurs mobilières aux guichets des banques ;

12- Les régulateurs doivent prévoir un cadre réglementaire propice au développement de la finance verte ;

13- Les émetteurs doivent recourir davantage à la notation financière ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.