Boom à l’étranger : le cambriolage ou vol a changé de nom en République du Congo

Dans les années antérieures, qualifié de vol, le cambriolage s’est transformé en Boom à l’étranger. Au Congo, cette mauvaise pratique fait la une depuis des années et cela prend une grande ampleur qui mérite toute attention. Les juristes l’appelleraient Vol qualifié avec préméditation, ou malfaiteur en bande organisé; les spécialistes l’appellent tout simplement « Boom à l’étranger ». 

 

En république du Congo, un nouveau système de cambriolage est en développement. Des groupes d’hommes (souvent jeunes) constitués en bande de malfaiteurs dévalisent les domiciles en l’absence des propriétaires. Cela se fait le jour en l’absence des propriétaires et parfois la nuit après avoir pris des renseignements sur votre domicile. Ce cambriolage est appelé Boom à l’Etranger. Vous êtes étonné, ne le soyez pas; bientôt vous saurez pourquoi.

En effet, avant l’opération, ils ciblent en avance le domicile et prennent toutes les informations utiles. Parfois les informations leurs sont donnés par les domestiques de ses domiciles, parfois même les enfants du propriétaire. Le principe étant que c’est souvent si non toujours par une connaissance de la victime qui l’idée germe. Ces cambrioleurs débarquent en voitures et sont armées d’armes blanches et parfois à feu jusqu’aux dents, de toutes les clés et matériaux facilitant leur accès dans une maison. Ils entrent et font leur besogne « Boom à l’étranger », ils prennent tout ce qu’ils veuillent et tuent si un obstacle se présente.

 

D’ailleurs, durant le mois dernier, un groupe de ses délinquants avait pris pour cible un domicile au quartier cité des 17. Ils avaient cambriolé beaucoup de sac d’argent et objet de grande valeur et ont disparu sans que personne ne les arrête. Etant armé et véhiculé, le voisinage n’a pus rien faire pour les empêcher de prendre fuite. Certains parlent même de la complicité de certains agents de force publique car dit-on il y a un poste de police dans les parages.

Face à cette situation, le procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Brazzaville n’est pas resté insensible. André Oko Ngakala s’est montré furieux lors de sa visite des postes de la gendarmerie nationale le 24 août 2016. Durant cette visite, il a sévèrement mit en garde les délinquants responsables de Boom à l’Etranger. Des actes criminels qu’il ne veut plus entendre dans le quotidien des congolais. La  Gendarmerie et la police sont invitées à une vigilance afin de mettre fin au phénomène de Boom à l’étranger et Bébés noirs qui détériorent la vie des populations.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.