1 827 décès causés par les accidents de routes en 5 ans

La période allant de 2010 à 2015, plus de 14 847 accidents de routes ont été enregistrés en République du Congo. Des chiffres qui interpellent la conscience de tous. Le 19 novembre 2016, le ministre des transports, de l’aviation civile et de la marine marchande avait fait une déclaration concernant son ministère. Selon Gilbert Mokoki, de 2010 à 2015 le Congo a connu plus de 14 847 accidents de routes. Pour un total global de 1 827 morts soit 12% et 13 020 blessés selon les chiffres officiels.

 

Il existe par à Brazzaville des routes dites maudites et des rond points dits envoutés. La route de mokondo-kombo, en plus du noir ténébreux qui y règne à partir de 19h45, elle ne possède nullement des barrières de sécurité. Par semaine il y a au moins deux accidents mortels sur cette route. Le rondpoint « Silou », croisement entre le ministère de l’économie forestière, les grandes endémies et la résidence Silou; on y compte au moins deux accidents tous les trois jours. La belle ville de Pointe Noire ne fait pas exception. La route de ngoyo à timbamba, au moins deux accidents la semaine. Le payage de Mengo jusqu’à kouikou, au moins un accident la semaine. Et ces scénarios ne datent pas de deux ou trois ans. 

 

 Accidents de la route de 2010 – 2015 :

Au Congo environ 2 475 accidents de routes sont enregistrés chaque année et sont pour la plupart causés par l’excès de vitesse et l’usage du téléphone au volant. La conduite en état d’ivresse, l’usage de véhicules défectueux, le refus de céder le passage, la fatigue au volant, les dépassements abusifs font aussi partis des causes. Ces accidents ont causés d’énormes pertes en vies humaines et ont fait et continu de faire plusieurs handicapés. Ces chiffres colossaux pourront être réduits si les usagers de la route changeaient de comportement et si surtout tout le monde arrêtait d’être tout le temps pressé.

Aussi, si les politiques dans le domaine des transports publics pouvaient s’améliorer efficacement. Les usagers sont invités à des comportements responsables, car les mauvais comportements endeuillent chaque jour des familles. Cela prive aux familles l’affection de leurs semblables qui ne peuvent plus revenir à la vie. L’Etat et les politiques sont appelés à mettre en place des règles plus strictes et à veiller à la bonne application des anciennes et des nouvelles règles. La bonne application commence par l’exemple de nos autorités, de leurs familles et de leurs proches collaborateurs. C’est aussi cela la rigueur, bien que ce ne soit qu’une simple vérité.

Les parents, l’Etat (maire, préfet, conseillers locaux, … ), les ONG, les établissements scolaires, les services de la santé, les médias et autres qui ont eux aussi une part de responsabilité ; doivent agir en conséquences.  Chacun doit jouer son rôle pour atteindre l’objectif ultime: Réduire le nombre et la gravité des accidents de route au Congo. Quant au gouvernement, il doit mettre en place un plan national de sécurité routière qui sera un cadre pratique et légal de toute l’action de celle-ci et qui s’appuiera sur une campagne de communication à tous les niveaux de notre société pour sensibiliser sur les bonnes pratiques routières. La mauvaise conduite et le non-respect du code de la route est constaté sur toutes les routes du Congo.

 

Ces déclarations ont été faites en marge de la journée africaine de la sécurité routière qui était à sa 5ème édition en 2016. Cette journée est commémorée le 20 novembre de chaque année. Celle si avait pour thème «Améliorons nos comportements au volant pour moins d’accidents sur nos routes». 1 250 000 personnes au monde meurent dans les accidents de route selon le rapport de l’OMS sur la sécurité routière de 2015. Les traumatismes dus aux accidents sont la huitième cause de décès au monde. Chez les jeunes dont l’âge se situe entre 15 et 30 ans, ces traumatismes constituent la première cause de décès.

 

Espérons donc que le 20 novembre 2017, sera l’occasion d’afficher à la baisse le chiffre de 2 475 accidents l’année pour l’année en cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.