Le Congo rêve d’une économie numérique fiable et ouverte à tous !

Dans le but d’une économie numérique ouverte à tous, les journées du 20 et 21 octobre 2016 ont étés des journées de réflexion au tour de la fibre optique. Le mot d’ouverture a été donné par le ministre Gilbert Ondongo représentant le premier ministre Clément Mouamba.

En présence de Djibrilla Issa, représentant résidant de la BM au Congo, Gilbert Ondongo avait lancé les journées de réflexion de la fibre optique. Un moment d’échange qui a mis en lumière le rôle et les enjeux de la fibre optique dans le développement d’une économie numérique fiable et ouverte à tous. Lancé sous le thème « la fibre optique nouveau levier du développement du Congo », cette cérémonie d’ouverture était riche en échange. Elle a bénéficié de la présence de plusieurs membres du gouvernement congolais et autres participants.

 

Ces journées de réflexions avaient réunis tous les opérateurs du secteur des technologies de l’information et de la communication. Ces 10 dernières années, la République du Congo a réalisé des avancées significatives dans le secteur des NTIC. Ses efforts appréciables ne doivent pas s’arrêter en route, voilà pourquoi il était important de réfléchir sur la fibre optique. Ces réflexions devront donc donner des pistes nécessaires pour améliorer l’accès internet de haut débit. Dans notre pays, entre 2005 et 2015, le pourcentage des utilisateurs d’internet est passé de 1,4 à 7, 6%. Le but est donc d’atteindre le taux le plus élevé et de faire que la connexion soit réellement de haut débit.

Faisant le bilan de ce secteur, Léon Juste Ibombo, ministre des Postes et Télécommunications a souligné les efforts du gouvernement. «le gouvernement a mis en chantier d’importants projets intégrant les axes stratégiques de la cyber-stratégie à savoir la mise en place d’un cadre juridique et institutionnel adapté aux objectifs de l’édification d’une société de l’information et le développement d’une infrastructure nationale en télécommunication fiable et ouverte au monde » avait-il laissé entendre.

En ce qui concerne l’accès à internet de haut débit, la performance du Congo par rapport aux pays ayant les mêmes revenus et atouts  que le nôtre, le résultat est insignifiant. Selon une étude, en 2016 la pénétration au haut débit dans les ménages est de 0,1%. L’idéal serait donc d’emmener ce pourcentage à plus de 10% pour augmenter le PIB. Cela sera un atout pour le développement de l’économie numérique, il faut saisir l’opportunité.

Ses réflexions devront aboutir à la dotation du pays des infrastructures nécessaires. Des infrastructures adaptées avec un cadre réglementaire favorable à l’innovation, la compétitivité et à l’efficience dans la gestion des biens nationaux. C’est dans ce sens que cette rencontre fut une occasion de montrer que le numérique profite a tout le monde. Aussi, les investissement dans le secteur des NTIC  créent les emplois, améliorent la qualité de services des entreprises et booste la croissance.

 

Dans un pays comme le nôtre ou la création d’emploi et la croissance économique sont des défis a relevé, l’investissement dans ce secteur est important. Il présente aussi un atout majeur dans le cadre de la diversification économique du Congo. Il reste un secteur à promouvoir afin d’aspirer à une croissance rapide comme ce fut le cas au Rwanda et ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.